Notaire: Parler de l’héritage avec ses proches, un sujet tabou ?

La réticence à discuter ouvertement de l’héritage peut être fatale aux biens familiaux. Parler de ce sujet est essentiel pour que ce patrimoine soit sauvé et ne soit pas remis à de tierces personnes ou au fisc.

Le sujet de l’héritage pas souvent abordé entre les parents et les enfants

Au moment de la lecture d’un testament, beaucoup de personnes sont étonnées d’entendre ce qui leur a été légué. Cette situation est en partie due au fait que les parents et les enfants n’abordent pas souvent le sujet de l’héritage. Des sondages réalisés par le Groupe Investors confirment cet état des choses. Au Québec, les sujets de la mort et de l’argent ne font pas bon ménage, ce qui crée bien des situations difficiles à gérer.

Pour cette histoire d’héritage, le point de vue des parents n’est pas le même que celui des enfants. Certains parents pensent que leurs enfants, devenus grands et indépendants, n’ont plus besoin d’aide financière. Ceci les amène souvent à léguer leurs biens à d’autres personnes ou leurs nouveaux conjoints dans le cas où ils se seraient remariés. D’autres parents, au dernier moment déshéritent leurs enfants. Du côté des enfants, la perception de la question de l’héritage n’est pas la même. Ils estiment qu’ils sont les héritiers légitimes de leurs parents, et lorsque ces derniers lèguent leurs biens à leurs nouveaux conjoints, bien des problèmes surgissent. On assiste alors à des procédures judiciaires à n’en plus finir. Or, toutes ces procédures nécessitent des frais d’avocat coûteux, qui à la longue, dépassent parfois le montant de l’héritage.

En général, malgré les conseils qu’on leur donne, les gens veulent à tout prix régler les problèmes d’héritage en faisant appel à des cabinets d’avocats souvent coûteux. Les biens hérités suscitent la convoitise, qu’ils s’agissent de maisons, de bijoux, de valeurs ou d’objets personnels.

Que faire pour bien léguer son héritage ?

Pour que l’héritage ne parte pas en fumée, il vaut mieux que les parents et enfants s’asseyent, et discutent sincèrement de ce qui sera laissé ou non. Les notaires mentionnent qu’il faut connaître les règles fiscales liées à l’héritage afin de ne pas prendre de mauvaises décisions comme celle concernant la personne à qui léguer un REER ou une assurance vie. Lorsqu’on ne s’y prend pas bien, c’est le fisc qui hérite de tout, ce qui fait qu’au final, aucune des parties n’est gagnante. Il faut donc nécessairement que les testateurs discutent de leurs dernières volontés avec leurs proches.

 

Faites une demande!